Patrick Jackson
Shelving Unit
06.03.2015 — 18.04.2015

PILAR ALBARRACÍN, La Calle del Infierno, 06/03/2015 – 18/04/2015

Télécharger le communiqué de presse

Dans notre Project Room, Patrick Jackson présente Shelving Unit, une étagère autoportante composée de verre et de colonnes en plastique noir mat. Chacune de ces colonnes, alternativement pivotantes, prend la forme d’un carré se métamorphosant en sphère. Posés entre deux feuilles de verre, ces piliers prennent l’allure de la Colonne sans fin de Brancusi. Dans cette version de Shelving Unit sont disposées une série de baskets flambant neuves.

« Je conçois ces étagères comme des machines, peu importe ce qu’elles contiennent. Froides, précises, modulaires, elles peuvent être configurées pour accueillir n’importe quel objet : petit, moyen ou grand. Les produits de consommation changent au fil du temps, mais ces structures y sont indifférentes, elles sont à même de présenter tout ce qui sera posé sur elles. Je les imagine en grand nombre, remplissant un centre commercial du futur, ou de science-fiction. Une armée produite en masse, offrant des objets aussi incessants que les colonnes les soutenant. »

La série des Shelving Units – parfois également intitulée Tchotchke Stacks – parcourt l’oeuvre de l’artiste Patrick Jackson depuis 2010, donnant à l’artiste une excuse pour pratiquer sa passion avide de la collection. Mais le but, ici, n’est pas la recherche d’une taxonomie ou d’un inventaire, mais celle d’un équilibre.

Le résultat recherché, accentué par l’utilisation du verre, est de l’ordre d’un « vide sémantique », d’un sentiment de néant plutôt que d’un sentiment d’extraordinaire ; de fragilité et de défamiliarisation entraînant l’oeuvre sur le terrain du conceptuel et de l’émotion, plutôt que sur celui du matériel ou technique.

D’autres séries de Patrick Jackson, dans lesquelles il utilise de la terre cuite et de la céramique, par exemple, confirment les préoccupations de l’artiste : comment intégrer dans son oeuvre les questionnements conceptuels de la sculpture moderniste sans pour autant verser dans une esthétique pop du fait de l’usage de matériaux banals et quotidiens?

Patrick Jackson (né en 1978) obtient sa Licence d’arts plastiques au San Francisco Art Institute (2002) et sa Maîtrise à l’Université de Californie du Sud (2007). Il vit et travaille à Los Angeles, Californie.

Patrick Jackson est représenté par la galerie François Ghebaly à Los Angeles. Il a également récemment exposé au Hammer Museum de Los Angeles, à la galerie Nicole Klagsbrun à New York, à la Soap Factory de Minneapolis, ou encore au CAPC Musée d’Art Contemporain de
Bordeaux.

36, rue de Seine
75006 Paris – FR
T.+33(0)1 46 34 61 07
F.+33(0)1 43 25 18 80
www.galerie-vallois.com
48.856079 2.3367323