A Note
From Home

Tomi Ungerer

FR

Né en 1931 à Strasbourg (France)/ Décédé en 2019 à Cork (Irlande)
Had worked in Strasbourg, New York, Canada, Ireland

Tomi Ungerer

1931
Jean-Thomas Ungerer, dit Tomi, est né à Strasbourg. Il est le fils d’Alice et de Théodore, artiste, historien, ingénieur et concepteur d’horloges astronomiques.

1935
Après la mort de son mari, Madame Ungerer et ses quatre enfants déménagent à Logelbach, près de Colmar.

1939-1948
En 1940, l’Alsace est annexée par l’Allemagne. Tomi subit un endoctrinement nazi par le biais de l’école qu’il fréquente à Colmar. Le français est alors banni, avant d’être rétabli dans les écoles en 1945. Parler alsacien est interdit à l’école. Les années de guerre marqueront profondément toute sa vie et son œuvre.

1950-51
Après avoir échoué à la deuxième partie du baccalauréat (dans un bulletin scolaire, son directeur le décrit comme un « individualiste délibérément pervers et subversif »), Tomi décide de rejoindre le Cap Nord en auto-stop. En Laponie, il franchit les lignes russes.

1952-53
Il s’engage dans le corps des méharistes (régiment de dromadaires) en Algérie, mais est réformé après être tombé gravement malade. En octobre 1953, il s’inscrit à l’École municipale des Arts décoratifs de Strasbourg. Tomi est gentiment poussé vers la sortie au bout d’un an.

1954-55
De plus en plus attiré par les États-Unis, il se met à fréquenter le Centre culturel américain et se lie d’amitié avec des étudiants Fulbright. Il effectue de nombreux voyages dans toute l’Europe (en Islande, Norvège, Yougoslavie et Grèce), en auto-stop, ou en s’engageant comme marin sur des cargos. Entre ses voyages, Tomi gagne sa vie comme étalagiste et publicitaire pour des petites entreprises.

1956
Tomi embarque pour New York avec 60 dollars en poche et ce qu’il décrira plus tard comme, « une cantine de dessins et de manuscrits ».

1957
Il fait la rencontre d’Ursula Nordstrom, l’éditrice du département pour la jeunesse de Harper & Row, qui publie son premier livre pour enfants The Mellops go flying (Les Mellops font de l’avion). Primé, l’ouvrage sera un succès immédiat. Il réalise sa première campagne publicitaire pour les machines à calculer Burroughs, mais collabore également avec de nombreux magazines tels que Esquire, Life, Holiday, Harper’s, Sport’s Illustrated et The New York Times.

1958 – 62
Tomi complète la série Mellops et publie de nombreux autres livres pour enfants, dont Crictor, Adélaïde, Emile, Les Trois Brigands et Rufus, qui remportent de nombreux prix, ainsi que des livres satiriques tels que Horrible et Les Carnets secrets de Tomi Ungerer. Il entame une collaboration à long terme avec Daniel Keel, de l’éditeur zurichois Diogenes Verlag, qui est devenu depuis son principal éditeur.

1962
Il organise sa première exposition majeure à Berlin, où il fait la rencontre de Willy Brandt et Günther Grass. Tomi s’engage activement dans le mouvement des droits civiques contre la ségrégation raciale et la guerre du Vietnam. Il publie de nombreuses affiches qui se distinguent par leur position radicale.

1966-67
Il autopublie The Party (Une soirée mondaine), une œuvre dans laquelle il exprime toute son aversion pour la société d’élite de New York, suivie de Fornicon. Tomi devient critique culinaire pour le magazine Playboy. Il loue un atelier à Montréal avec deux amis, Gordon Sheppard et François D’Allegret, et fonde avec eux une compagnie de films de cinéma, The Wild Oats (L’avoine sauvage).

1970-73
Tomi épouse Yvonne. Après un scandale lié à ses dessins érotiques, et lassés de la société américaine, ils s’installent en Nouvelle-Écosse, au Canada, où ils se lancent dans l’agriculture ; une expérience qu’il décrit plus tard dans Far Out isn’t Far Enough et Slow Agony (Lente agonie). (1983)

1975
Tomi renouvelle ses liens avec l’Alsace en faisant une importante donation de son œuvre et de sa collection de jouets aux Musées de Strasbourg. Il illustre Das Grosse Liederbuch, (le Grand Livre de chansons) une collection de chansons populaires allemandes qui se vend à plus d’un million d’exemplaires.

1976
Tomi et sa famille s’installent définitivement en Irlande.

1981
L’exposition rétrospective organisée au Musée des Arts décoratifs de Paris couronne les vingt-cinq ans de carrière de Tomi Ungerer. L’exposition se déplace à Munich, où elle attire plus de 120 000 visiteurs, puis à Düsseldorf, Hambourg, Dublin et au Royal Festival Hall de Londres, où un tiers de l’exposition est fermé au public après avoir fait l’objet de vives objections.

1990
Il crée la Kultur Bank, afin de promouvoir les échanges culturels franco-allemands. Tomi rejoint la commission interministérielle de Coopération France-Allemagne, dirigée par le ministre André Bord. Il publie Amnesty Animal et est nommé président d’honneur de la SPCA européenne.

1991
Publication de À la Guerre Comme À La Guerre (plus tard publié en anglais sous le titre Tomi, A Childhood Under the Nazis), des mémoires relatant son expérience pendant la Seconde Guerre mondiale sous l’occupation nazie.

1992-93
Il est cité parmi les « 500 World Leaders of Influence » par l’American Biographical Institute. Il participe à de nombreuses opérations humanitaires, notamment pour la Croix-Rouge française contre le sida et pour Amnesty International.

1997
Publication de Flix, le premier livre pour enfants de Tomi depuis 1970.

1998
Il reçoit le prix Hans Christian Andersen, la plus haute distinction pour un auteur de livres pour enfants.

2003
Tomi fait don de sa collection privée de plus de 3 000 documents sur le fascisme et ses origines à la Bibliothèque départementale du Bas-Rhin.
Tomi est nommé ambassadeur pour l’enfance et l’éducation par le Conseil de l’Europe et rédige la Déclaration des droits de l’enfant.

2007
Tomi fait don de sa bibliothèque personnelle de plus de 1 500 volumes, intégrés au musée Tomi Ungerer qui ouvre ses portes cette même année. Le musée Tomi Ungerer de Strasbourg est unique en son genre. En effet, c’est la première fois en France qu’un musée financé par l’État est consacré à un artiste de son vivant.
Un long métrage d’animation des Trois Brigands sort en salles en France et en Allemagne.

2014
Tomi est fait Commandeur de l’ordre national du Mérite, soit l’une des distinctions honorifiques les plus prestigieuses de France. Ce prix lui est décerné en reconnaissance de la lutte qu’il mena toute sa vie contre les préjugés, par le biais de moyens artistiques et politiques.

2018
Tomi devient Commandeur de la Légion d’honneur.
Après sa rencontre avec les Vallois en début d’automne, ils décident d’entamer une collaboration.

Son œuvre a fait l’objet d’expositions personnelles dans de nombreuses institutions de renom telles que le musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg, le musée Wilhelm Busch de Hanovre, le musée d’Art Itabashi de Tokyo, le Stadtmuseum de Munich, le musée Max Ernst de Brühl, le Kunsthalle Würth de Schwabisch Hall, le Drawing Center à New York, le Kunsthaus Zürich ou le musée Folkwang à Essen.

Tomi a publié plus de 140 livres traduits dans 28 langues différentes, allant de ses célèbres contes pour enfants à des récits autobiographiques, en passant par des volumes controversés traitant de la satire sociale et de thèmes pour adultes.


33 36 rue de Seine
75006 Paris – FR
T.+33(0)1 46 34 61 07
F.+33(0)1 43 25 18 80
info@galerie-vallois.com